Non aux postures et aux jeux de rôle au sein du mouvement national

Article d’humeur : Pierre Poggioli

                                          Approche des élections territoriales

Non aux postures et aux jeux de rôle au sein du mouvement national

manip 2

Comme toujours en période électorale le grenouillage politicien s’accélère…  et il semble hélas atteindre aussi les nationalistes, au vu de l’importance majeure prise désormais par la stratégie électorale (électoraliste !) dans la stratégie des différents mouvements nationalistes corses.

On peut certes concevoir que les forces traditionnelles de gauche et de droite, n’osant plus attaquer  de front le Nationalisme corse comme autrefois aux temps de la « Corse française et Républicaine », tentent par tous les moyens d’instrumentaliser les divers mouvements nationalistes au profit de leur stratégie propre et de leurs intérêts électoraux. Ils jouent pour cela la division, allant jusqu’à décerner les « bons points » aux uns ou aux autres, glorifiant les uns au détriment des autres,  et cela  en fonction des visées électorales de leurs écuries (à l’exemple de l’interview de Nicolas Alfonsi sur Corse-matin qui semble applaudir certains nationalistes, tout en critiquant la gauche où « il n’y a plus de solidarité » mais qui oublie de parler de son soutien œcuménique à la droite UMP aux Sénatoriales).

Mais si lui, dont on connaît depuis toujours les positions peu favorables aux nationalistes corses, semble avancer non masqué, d’autres ont des attitudes bien plus pernicieuses, semant au gré de leurs prises de position, déclarations ou actes, leur venin déstabilisateur du mouvement nationaliste corse…

Chaque mouvement nationaliste doit en avoir conscience et ne pas se laisser manipuler ou intoxiquer par ces professionnels d’une certaine politique claniste que le nationalisme corse a toujours dénoncé et qui doit encore et toujours être combattu. Et cela ne doit épargner ni les forces de gauche ni celles de la droite qui à un moment ou à un autre ont occupé toutes les responsabilités et/ou eu tous les pouvoirs dans l’île et à Paris

                     Non au Ping-Pong entre mouvements nationalistes

Mais là où le bât blesse, c’est lorsque de telles pratiques semblent érigées en stratégie politique y compris au sein du mouvement nationaliste.

A Chjama qui critique le PNC et Jean-Christophe Angelini pour l’affaiblir au sein de Femu a Corsica au profit d’Inseme pà Bastia et de Gilles Simeoni, en plaçant Jean Biancucci en position de challenger au sein de Femu a Corsica,

Le PNC qui se rapproche de Corsica Libera pour déstabiliser Femu a Corsica en affaiblissant  Gilles Simeoni,

Corsica libera qui est accusée de trop flirter avec  Paul Giacobbi et Inseme pà Bastia de trop flirter avec la Droite et de ne pas jouer la carte de l’union nationaliste.

U Rinnovu qui joue la carte d’Inseme pà Bastia pour se placer au sein de Femu a Corsica.

D’autres structures nationalistes moins politiques qui s’agitent pour peser dans la course aux postes d’éligibles ou pour en aider d’autres à se positionner dans cette course,

Tous ceux et celles, toutes les structures nationalistes ou se situant dans le giron des mouvements politiques nationalistes qui jouent les uns contre les autres ou vice versa de manière plus ou moins visible ou crédible.

Les attentes des Corses

Les futurs électeurs et électrices demandent d’abord un programme autour des grandes revendications et propositions nationalistes de ces quarante années de luttes.

Ils veulent ensuite que les mouvements nationalistes les portent à bout de bras durant cette future campagne et qu’ils le fassent en annonçant et/ou appliquant clairement sur le terrain une stratégie unitaire, au moins pour le second tour.

Au vu des enjeux actuels qui s’imposent aux Corses, l’erreur, voire la faute politique des mouvements nationalistes serait de se laisser aller aux travers politiciens des partis traditionnels français en privilégiant la course aux postes d’éligibles et en jouant les manœuvres et les rapports de force en leur sein ou au sein des différents mouvements  au détriment des intérêts collectifs de la Corse et des Corses. Au risque de voir cette nouvelle élection de décembre 2015 s’avérer un énorme gâchis pour la défense des intérêts et des droits de ce peuple sur sa terre.

16 juin 2015                                                                         Poggioli Pierre

Laisser un commentaire