Législatives en Corse, et accessoirement les Présidentielles

Législatives, et accessoirement les Présidentielles

Depuis des semaines, ces échéances électorales occupent les esprits et le monde nationaliste bruisse de nombre de rumeurs sur les candidats plus ou moins déclarés ou potentiels à la candidature, plus ou moins auto-proclamés ou quasiment certains d’être investis (en catimini) pour porter les couleurs du nationalisme en Corse à une élection, les Législatives, pour laquelle le mouvement nationaliste a jusqu’à aujourd‘hui montré peu d‘intérêt voire peu de crédit quant à son utilité pour la Corse. Seulement voilà depuis le 15 décembre 2015, le terrain institutionnel (électoral) se trouve boosté, les choses semblant avoir changé, notamment avec l’accession aux responsabilités des nationalistes unis à la Collectivité de Corse, et aussi au vu de a décomposition avancée de la droite et de la gauche en Corse… d’où nombreux se verraient bien dans l’habit de député pour sauver la Corse et réussir là où le mouvement nationaliste connait quelques difficultés, à savoir engager le Parlement français et l’Etat à s’engager enfin sur le chemin de la Décolonisation et la voie d’une véritable Solution politique pour le peuple corse.

imgres

Puisqu’il est, semble-t-il, acquis que les nationalistes iront à ces Législatives, la logique me semble-t-il, ne serait-elle pas alors de convoquer une réunion de Femu a Corsica et de Corsica libera pour une démarche unitaire et une stratégie commune à ces élections..

Femu a Corsica est toujours composée des structures Inseme , de a Chjama et du PNC, qu’elles se décident donc à faire des propositions ce candidatures à la candidature …que Corsica Libera en fasse de même, en choisissant elle aussi des candidats à la candidature,  puis que les deux mouvements décident ensemble, tenant compte de leurs équilibres internes, de désigner quatre candidats et quatre suppléants en commun, chargés de porter un discours sur un programme clair et offensif  autour de cette problématique de la nécessite d’une Solution politique en Corse et d’un Processus de décolonisation, (où tout développement économique doit aller de pair avec la prise en compte des problèmes sociaux et sociétaux avec plus de justice sociale pour le plus grand nombre) sans aucun cadeau à quiconque, droite ou gauche, et sans aucun cadeau aux représentants du système français dans l’île et au colonialisme  français. Si u Rinnovu ou des candidats isolés veulent eux aussi se lancer pour représenter leur sensibilité collective ou individuelle, qu’ils le fassent, c’est leur droit élémentaire… mais aujourd’hui c’est à Femu a Corsica et à Corsica Libera à se donner les moyens de la poursuite d’une démarche unitaire vers d‘autres succès pour la Corse et le peuple corse

Présidentielles

Quant aux Présidentielles, vu le nombre d’internautes notamment qui s’agitent déjà, faisant état plus u moins de leurs préférences ou de leur rejets vis-à-vis de tel  ou tel candidat futur à droite et à gauche, , Femu a Corsica et Corsica libera devraient à terme, le moment venu,  se mettre d’accord sur un  programme d’urgence pour la corse autour toujours d’un processus de décolonisation et d’une solution politique pour la corse et le peuple corse, qu’ils enverraient à tous les candidat laissant ensuite les électeurs corses, du moins celles et ceux qui veulent voter, faire leur choix en fonction des réponses reçues publiquement.

Stratégie électorale, Chasse aux voix et colonisation de peuplement

Ils devront cependant, au-delà d’une dérive qui guette le mouvement national avec la « chasse aux voix » que la stratégie électorale impose plus ou moins,   pointer  du doigt le péril  constitué plus que jamais d‘une colonisation de peuplement (Voir derniers chiffres INSEE plus qu’alarmants sur ce sujet épineux) qui dilue notre peuple et le fera à terme disparaitre si des solutions politiques den sont pas arrachées dans l’urgence (voir ce qui se passe en Nouvelle Calédonie et les réponses à apporter) face à ce problème dans lequel si les administrations portent une grosse responsabilités, nos employeurs locaux (« nustrale » ou récemment arrivés chez nous) si prompts à appeler les nationalistes au secours quand ils ont des problèmes, ne jouent absolument pas le jeu de la corsisation des emplois, préférant faire appel à une main d’œuvre et des salariés venus d’ailleurs qui demain décideront à la place de notre peuple de son avenir, et ce n’est pas les conventions sur la langue corse votée avec force de publicité qui nous protégeront de l’invasion plus ou moins camouflée ou occultée de notre île par des gens venus d’ailleurs..

Poggioli Pierre

Laisser un commentaire