Identità

Di sicuru, à rifletà é à discorra

L’identità, micca ch’individuale, tutt’ognunu avendu é essendu un’identita speciale é sfarente…, é di più in più complessa, sopratuttu di più in più incù oramai a nuzione di genaru… Ci vularia pagine é pagine pà spiegalà, mà micca solu in Corsica, inn’u mondu sanu… sopratuttu in sti tempi di mundialisazione é di cumunicazione multiplice, da média, scambii ò pà via di e rete suciale.

Mà pà noi altri, Corsi, comu gruppu/cumunità/populu, a rivendicazione é a spressione di a nostra identità, particulare, altra, (individuale é culletiva), permetti sola di capiscià e lotte di sti 50 anni.. é quiddi chi si sentani Corsi, di nomi, ò d’integrazione, di pocu ò dipoi anni é anni.. è quantu ci n’hè stati, scallati un ghjornu ind’è noi è mai ripartiti, é chi al-dilà d’un nome chi ùn finisce mica in i, si sentani oramai Corsi, è ùn’hani piu vulsutu ripartà in’altrò, é ancu quand’eddi sò in’altrò, si sentani viramente Corsi..
Oghje quiddi chi dicini che l’identità corsa ùn’esiste micca ò piu, sò soprattutu quiddi chi ùn si sentani mica ò più viramanete Corsi, ò, ancu s’edd’ùn l’hà ricunosciani micca, ùn volini micca à u fondu ricunosciassi comu Corsi, é disgraziosamente ci n’hè di più in più… alora che u populu corsu hé u risultatu di tanti mischiumi dipoi anni é anni senza bisognu di ricudda à centinaie d’anni..
Avali di sicura ùn hè mica simplice, é diventa ancu di più in più cumplicatu, pà tutte é tutti quiddi chi volini stà é campa Corsi qui, in tarra corsa, ancu s’eddi venani d’altrò…
Mà ramintemucci qualche cose simplice..
Eiu se vogu in America, u sogu mica Americanu é ùn mi sentu mica Americanu qualchi mesi ò tempi dopu, simpliciamenti parchi campu in America, ne ancu parchi parlu l’Inglesu, ancu si a lingua hé una cundizione indispensenvule pà essa ò pratend’à divintà Americanu.. Ci vole soprattu una vuluntà di divintà é di campà com’à l’Americani, mica di campà in America com’à un stranieru é permetassi di criticà ò cuntestà l’identità americana, a sò manera di campà, e sò sperenze, a sò cultura, e sò tradizione, é ancu menu di disprezzà e sò lotte ughjinche..
A ricerca di l’integrazione hé una longa strada, pà tutte é tutti, – ancu pà i Corsi di sempre, parchi a cultura, é a manera di campà, in ogni paese é inn’u mondu sanu, évolueghjani è cambiàni tuttu, ancu e mantalita é e cuncezzione di a vita, di e relazione à l’altru é di u mondu, sopratuttu oghje incù a mundialisazione è a l’andatura à u « formatage » é à l’uniformisazione générale, purtendu à a negazione di e culture specifiche é di l’identità di i populi inn’un mondu sanu.. E a cultura d’oghje ùn pò più essa oramai a listessa che quidda di l’antenati di i seculi é di l’annate passati…
Mà ci vole sempre prima di tuttu, pà pritenda à l’integrazione ò à a ricerca di st’integrazione, comu in’u mondu sanu, in qualuncqua paese di u mondu, à ricunoscià é accittà st’identità, (americana, chinesa, taliana, sarda, portuguesa, araba ò altra, à qualessa ci vulemu integrà), è dopu à cercà à ritruvala, à insurpassini, apprupiassini ò riapprupiassini, é sopratuttu à difendela..
Quidde é quiddi chi campani in Corsica é chi disprezziani st’identità corsa, chi ùn la ricunosciani mica, ò a volani cambià é rimpazialà pà d’altre culture, – ancu se tutti l’acquisti altri ùn sò micca sempre à ricusà, é poni prufittà à l’arrichisciamentu di a nostra cultura é identità, comu s’hè fattu durante seculu é seculi in l’isula-, sicura chi quissi, hani un prublema in Corsica é incù a Corsica..
Alora, é ancu quidde é quiddi chi hani un nome in i, si devani pone e questione : Parchi ùn si sentani micca ò più Corsi, parchi ricusani ò negani st’identità ?
Oghje, ci n’hè monda in Corsica, scalati un ghjornu d’altrò, chi dipoi si sò aradicati, é chi si sentani é si cunsidareghjani oramai comu à Corsi, sulidari di e gioie é e guaie di a Corsica é di u populu corsu, é volini firmà Corsi pà l’avenna, quissi, al-dilà di u nome é di l’origine, di a culore di a pede, ò di a religione, un’hani lezione à riceva, o cuntrariu.. ch’eddi fessini à sò strada du più in piu corsa, parchi u Corsu, prima al-dilà di u nome, di a lingua, ancu s’eddi sò impurtanti, ùn bastani mica oghje pà esse sempri Corsi é ancu quiddi di a Diaspora, si devani pona anch’eddi tutte ste questione, soprattutu quandu si vedi tanti francesi, arabi, portuguese, taliani sardi à d’altri origine, divintà poc’à pocu di più in più Corsi pà a sò vuluntà di diventà Corsi, di campà comu Corsi in Corsica, et firmà in Corsica pà l’avenna, comu ni cuniscimu tutti tanti dipoi anni é anni..
L’identità si vive, si risenti é si ricerca in permanenza, mà ùn si pò accità di dì ò lascia dì, « ùn c’hè micca identità corsa », ò sempri, pà nigalà, pona a quistione « chi vole dì essa corsu ? »..
Hé simplice, essa Corsu, ghjé essa Corsu di nome, di famiglia, di casa, – mà hè sopratuttu vulé firmà Corsu-, ò vulé viramente divintà Corsu é participà, (é pigliàli in cariga), à i dubitti, sperenze, diritti é duvere, mà dinò e lotte di u populu corsu d’oghje é di dumane annant’à sò tarra.
Eiu, à contu meiu mi sentu simpliciamente Corsu, è quandu vogu in’altrò fora di l’Isula, sogu simpliciamente sfarente, parchi sogu Corsu, è vegu subitu a sfarenza incù l’altri, da partuttu inn’u mondu incù l’altri é l’altre culture é manere di campà é d’essa.. E quiddi che scontru vedani subitu che sogu sfarente, parchi sogu Corsu in’u me cumpurtamentu é à me manera d’essa … ne megliu, ne peghju che d’altri ghjenti d’altre culture, ò d’altre identità..

Sûrement à réfléchir et à débattre

L’identité, pas individuelle, chacun d’entre-nous étant une identité particulière et différente, et de plus en plus complexe, surtout avec l’émergence désormais de la notion de genre… il faudrait des pages et des pages pour l’expliquer, mais pas qu’en Corse, dans le monde entier… surtout en ces temps de mondialisation et de communication tout azimuts, par médias, et/ou échanges par réseaux sociaux interposés…
Mais pour nous autres, Corses, en tant que groupe/communauté/peuple, la revendication et l’expression de notre identité, particulière, autre, (individuelle et collective), permet seule de comprendre les luttes de ces 50 dernières années.. et celles et ceux qui se sentent Corses, de nom ou d’intégration, récente ou depuis des années, – et combien y en a-t-il eu qui ont débarqué un jour chez nous et ne sont plus repartis, au-delà d’un nom ne se terminant pas par un i, se considèrent désormais Corses et n’ont plus voulu repartir ailleurs, et même lorsqu’ils se retrouvent ailleurs, se sentent vraiment Corses…
Aujourd’hui, ceux qui disent que l’identité corse n’existe pas ou plus, sont surtout ceux qui ne se sentent pas ou plus vraiment Corses, ou, même s’ils ne le reconnaissent pas, ne veulent pas au fond se reconnaître comme Corses, et malheureusement , il y en a de plus en plus… alors que le peuple corse est le résultat de tant de mélanges depuis des années et des années sans avoir besoin de remonter à des centaines d’années..
Maintenant, c’est sûr, ce n’est pas simple, et cela devient même de plus en plus compliqué pour toutes celles et ceux qui veulent rester et vivre comme Corses, sur la terre corse, même s’ils viennent d’ailleurs..
Mais remémorons-nous quelques « vérités » simples
Moi, si je vais en Amérique, je ne suis pas Américain et ne me considère pas comme Américain, du jour au lendemain, simplement parce que je vis en Amérique, ni même parce que je parle anglais, même si a langue est une condition indispensable pour être ou prétendre à devenir Américain. Il faut avant tout une volonté de devenir et de vivre comme les Américains, et non pas de vivre en Amérique comme un étranger, et se permettre de critiquer ou contester l’identité américaine, la manière de vivre des Américains, leurs espoirs, leur culture et leurs traditions, et encore moins de mépriser leurs luttes quotidiennes.
La recherche de l’intégration est une longue route, pour toutes et tous, – même pour le Corses de toujours, parce que la culture, et la manière de vivre, dans chaque pays et dans le monde entier évoluent et changent tout, y compris les mentalités, et les conceptions de la vie, des relations à l’autre, et du monde, d’autant plus aujourd’hui avec la mondialisation et la tendance au formatage et à l’uniformisation générale, conduisant à la négation des cultures spécifiques et des identités des peuples dans le monde entier. Et la culture et l’identité d’aujourd‘hui ne peuvent plus être désormais identiques à celles de nos aïeux des siècles et des années passées..
Néanmoins il faut toujours en priorité, pour prétendre à l‘intégration, ou à la recherche de cette intégration, comme partout dans le monde et n’importe quel pays du monde, reconnaître et admettre cette identité, (américaine, italienne, sarde, portugaise, arabe ou autre à laquelle on veut s’intégrer), et après il faut chercher à la retrouver, à s’en imprégner, se l’approprier ou réapproprier, à la promouvoir et surtout à la défendre..
Celles et ceux qui vivent en Corse méprisent ou déprécient cette identité et cette culture corse, qui ne la reconnaissent pas, ou veulent la changer et la remplacer par d’autres identités ou d’autres cultures, – même si tous les apports autres ne sont pas à rejeter, et peuvent profiter à l’enrichissement de notre identité et de notre culture, comme cela s’est fait à travers les siècles dans l’île-, c’est sûr qu’elles ou ils ont un « problème » en Corse, et même avec la Corse.
Alors, et même celles et ceux qui même ont un nom en i, elles et ils doivent se poser des questions : Pourquoi ne se sentent-ils pas ou plus Corses, pourquoi refusent-t-ils ou nient-ils cette identité ?
Aujourd’hui, nombreuses et nombreux sont celles et ceux dans l’île, arrivés chez nous un jour d’ailleurs, s’y sont enracinés depuis, et se sentent et se définissent désormais comme Corses, solidaires des joies et des malheurs de cette île et du peuple corse, et veulent rester Corses dans l’avenir, celles-là et ceux-là, au-delà du nom et de l’origine, de la couleur de peau ou de la religion, n’ont de leçon de à recevoir de personne.. au contraire.. qu’ils fassent leur route de plus en plus corse, parce que le Corse, au-delà du nom, de la langue, même si cela est important, ne suffisent pas aujourd’hui pour rester toujours Corse… et de même celles et ceux de la Diaspora, doivent aussi se poser toutes ces questions, surtout quand on voit tant de français, portugais, italiens, sardes, a rabes ou autres origines, devenir peu à peu de plus en plus Corses par leur volonté de le devenir, de vivre en tant que Corses en Corse, et de rester Corses pour l’avenir, comme nous en connaissons tous depuis des années et des années.
L’identité se vit, se ressent, et se recherche en permanence, mais on ne peut accepter de dire ou laisser dire, « il n’y a pas d’identité corse » ou toujours, pour la nier, poser la question, « que veut dire être Corse ? ».
C’est simple, être Corse, c’est l‘être de nom, de famille, de résidence, – mais c’est surtout vouloir rester Corse-, ou vouloir vraiment devenir Corse et participer, (et les prendre en charge), aux doutes, espoirs, droits et devoirs, mais aussi aux luttes du peuple corse d’aujourd’hui et de demain sur sa terre.
Pour mon compte, je me sens simplement Corse, et quand je vais ailleurs, hors de l’île, je suis simplement différent, parce que je suis Corse, et je vois tout de suite la différence avec les autres, partout dans le monde, avec les autres et les autres cultures et manières de vivre et d’être.. Et ceux que je rencontre, voient tout de suite que je suis différent, parce que je suis Corse dans mes comportements et ma manière d’être…. Ni mieux, ni pire que d’autres personnes d’autres cultures et d’autres identités. U 26 di lugliu 2020