Basta a ripressione : Pour une véritable solution politique au Pays basque

Pierre Poggioli                                                                         7 octobre 2015

Basta a ripressione : Pour une véritable solution politique au Pays basque

 Le Pays basque est depuis l’arrêt des armes d’octobre 2011 par l’ETA, engagé dans une démarche de sortie de conflit… mais ce processus de paix n’est pris en compte que par les abertzale alors que les Etats, français et espagnol, non seulement l’ignorent, mais multiplient les arrestations  au sein de la mouvance basque.

Après les arrestations entre-autres de militants ayant participé à l’annonce de l’arrêt de la lutte armée, et tout récemment de militants ayant participé à une video aux côtés de membres de la Commission Internationale de Vérification montrant le début du processus de démantèlement de ses arsenaux par l’ETA…  Ce mardi 6 octobre 2015, dernier coup aujourd’’hui porté au Processus de paix au Pays basque. Egoitz Urrutikoetxea, fils de Josu Urrutikoetxea, chef historique de l’ETA,  toujours en fuite, a été interpellé hier au nord de Paris, après une cavale de 12 ans, (sources  ministres français et espagnols de l’Intérieur).. Son père est dans la clandestinité depuis 2002. Dans l’après-midi, une des proches d’Egoitz, une militante nationaliste basque, a été interpellée en Haute-Garonne, sur la commune d’Aspet, sur délégation du parquet de Paris. Egoitz Urruticoecha, 41 ans, est le fils de Jose Antonio Urruticoechea Bengoechea – dit “Josu Ternera” – qui vit dans la clandestinité depuis 2002, ayant jusqu’ici à toute arrestation. “Josu Ternera” était  déjà considéré comme le N° 1 de l’ETA dans les années 1980. Son fils, lui-même en fuite depuis 2003, avait déjà été condamné en 1999 (à trois ans ferme), en 2001 (10 mois) et en 2007 et 2010, à deux fois quatre années d’emprisonnement pour des faits en lien avec l’organisation ETA”, (Communiqué conjoint des deux ministres). Recherché par les polices française et espagnole,il  était sous le coup de deux mandats d’arrêt.

Ternera8

Quelques rappels : Du cessez-le-feu à l’arrêt de la lutte armée

Le 10 janv. 2011 (après l’annonce du 5 sept. 2010 et l’entretien de septembre au journal Gara sur son cessez-le-feu) ETA annonce une  «trêve permanente et générale» en réponse aux « personnalités de notoriété internationale et acteurs politiques et sociaux basques, qui ont défendu la nécessité d’offrir une solution juste et démocratique au conflit politique séculaire ….qui  arrivera par le biais d’un processus démocratique, avec pour référence majeure la volonté du Peuple basque, et le dialogue et la négociation comme outils pour y parvenir »…et doit aussi résoudre les thèmes de la territorialité et du droit à l’autodétermination, au cœur du conflit ». 

Continuer la lecture de « Basta a ripressione : Pour une véritable solution politique au Pays basque »

Bilan d’une énième rafle répressive en Corse

Bilan d’une énième rafle répressive dans l’île

Retour de Dumè Ferrari

Lundi 6 octobre, la justice anti-terroriste lâchait ses policiers et ses gendarmes pour une nouvelle rafle en Corse, et ce malgré un apaisement apparent de la situation politique cet été, depuis l’annonce d’arrêt de la lutte armée par le FLNC en juin dernier. Les opérations de police se soldaient par l’interpellation de 11 personnes dans la région d’Ajaccio, dont l’ancien bâtonnier Philippe Gatti, le Bâtonnier Dumè Ferrari (dont la sœur, propriétaire d’un box, qui l’avait loué à un tiers, où  avaient été trouvées des armes et des explosifs, ainsi que “d’autres “indices).

Ces interpellations faisaient suite à un attentat à la roquette contre la gendarmerie d’Ajaccio et au mitraillage la même nuit de la gendarmerie de Montesoru à Bastia il y a plusieurs mois, en riposte à une autre rafle organisée cette fois-ci par le Juge Gilbert Thiel dans le Valincu qui avait notamment conduit à l’incarcération de cinq personnes dont un militant Corsica Libera, Jean Pascal Cesari….

Continuer la lecture de « Bilan d’une énième rafle répressive en Corse »