Clanisme puis clientélisme en Corse

                            Clanisme puis clientélisme,

En Corse, les histoires d’emplois fictifs ressemblent à de mauvaises …  tempsreel.nouvelobs.com › Justice

Clientélisme (2)

#Corse-Clientélisme-Système de gauche,continuité du système de droite-emplois fictifs,chacun a privilégié les siens

Durant des décennies, sous le regard neutre, voire bienveillant des autorités de contrôle étatiques, le clanisme a dominé l’île… Combien de fois les nationalistes n’ont-ils pas demandé à l’Etat et à ses services de ne plus soutenir les clans, mais de les afffaiblir en arrêtant de s’appuyer sur eux pour appliquer sa politique dans l’île.

Clientélisme 1

Continuer la lecture de « Clanisme puis clientélisme en Corse »

Non à cette « éternité mortifère » de la Corse

2 avril 2015 : Pierre Poggioli                                            Article d’humeur

Après les péripéties électorales : Non à cette « éternité mortifère »  de la Corse    

IndependenciaCanario (3)

Au départ, nous refusions et fustigions le clanisme et l’assistanat auxquels semblait vouée notre société corse. Les caciques clanistes ont laissé la place à leurs rejetons. Puis d’autres ont surfé sur le clientélisme, et le danger d’un néo-clanisme de bon aloi se profilait à l’horizon.

Les idéologies sont oubliées et les « majorités de progrès », doux euphémisme, ont pris la relève, avec dans leur sillage, les stratégies de combinazione politiciennes et politicardes « pour le pouvoir » à tout prix. Nous combattions la fraude et les pressions électorales, mais celles-ci se sont adaptées et  la notion de service rendu, de chantage à l’emploi et les passe-droits ont pris le relais. Nous insistions sur le non-cumul des mandats, le non-cumul des fonctions, la transparence de la vie publique, la publicité et le contrôle des aides et des subventions … Nous combattions pour les intérêts collectifs et le bien-être du plus grand nombre… et aujourd’hui les ambitions personnelles, les ego, les jeux de rôles, les doubles discours, les postures sont de mise, et la notion d’intérêt partisan est devenue le label politique le plus en vogue.

Continuer la lecture de « Non à cette « éternité mortifère » de la Corse »

Elections sénatoriales en Corse : Le clientélisme décomplexé

Les élections sénatoriales en Corse 

Sénat 4 Sénatateurs 2 Sénateurs

Le Parlement français est composé de deux chambres (système du bicamérisme). L’Assemblée nationale et  le Sénat (ou haute assemblée).

Le Sénat, élu pour six ans depuis 2003 (contre 9 auparavant), vient d’être renouvelé. Il est élu au suffrage universel indirect et renouvelable par moitié tous les trois ans. La dernière élection avait eu lieu en 2008.  Il compte 348 sénateurs depuis le renouvellement de 2011, subissant plusieurs réformes de son mode d’élection. L’Assemblée nationale, dont les 577 députés sont élus au suffrage universel direct pour cinq ans. La dernière élection a eu lieu en juin 2012

Petits rappels

Promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République confère au Sénat un rôle éminent dans les institutions. Certains observateurs parlent même de “République sénatoriale”. Le président du Sénat devient le deuxième personnage de l’Etat et assure l’intérim de la présidence de la République

Le Sénat avait vu accroître son rôle avec le retour du Général de Gaulle au pouvoir en 1958 et la promulgation de la Vème République.

Continuer la lecture de « Elections sénatoriales en Corse : Le clientélisme décomplexé »

Article d’humeur

Pierre Poggioli                                                                 25 septembre 2014

Article d’Humeur : Décorsisation, corsisation des emplois et autres

Il y a une décorsisation de plus en plus criarde au niveau de l’emploi en Corse. Certains pointent du doigt l’arrivée massive de fonctionnaires non corses dans les administrations…

STC

Oui, c’est vrai, mais il faut aussi balayer devant notre porte. C’est facile de critiquer la décorsisation des emplois dans les administrations “françaises”

Continuer la lecture de « Article d’humeur »

Suppression des Conseils Généraux

26 janvier 2014

Non aux  découpages cantonaux  ?

Avec 360 communes, une intercommunalité au développement déséquilibré, une Assemblée territoriale de 51 élus et deux Conseils Généraux de 30 et 22 élus pour 310.000 habitants, la Corse doit envisager une nécessaire réforme s’inscrivant dans une logique de rationalisation, de simplification et de mutualisation des moyens.

Les découpages actuellement en débat, et ce dans la plupart des régions de Corse, suscitent d’importantes et légitimes contestations. Cette opération de l’administration française doit être rejetée dans sa globalité, au regard des réalités de l’île et des aspirations des Corses aujourd’hui, mais la plupart des élus qui montent au créneau semblent malheureusement uniquement conditionnés par des soucis électoraux et le danger de perte ou d’affaiblissement  de leurs petits pouvoirs locaux. Continuer la lecture de « Suppression des Conseils Généraux »