Ma contribution à la Conférence sociale de Bastia

Conférence sociale à Bastia

Ne pas se couper de la majorité des Corses “en difficultés sociales”

Aujourd’hui et pour l’avenir, si celles et ceux qui sont  aux responsabilités et les syndicats dans leur ensemble,  ne veulent pas se couper de la rue et du peuple.. ils doivent oeuvrer à plus de justice sociale, en s’y impliquant, en montrant par leurs propositions et décisions, à court et moyen terme au moins, que les Propositions, à appliquer dans le court terme et le moyen terme, qui sortiront de cette Conférence sociale  concernent la majorité du peuple et que les particiapants ne sont et ne veulent pas se couper des réalités, des souffrances et des inquiétudes actuelles…

Les questions économique et sociale sont intrinséquement liées, et la question sociale ne doit pas être un simple slogan…se résumant à des mesures, aussi importantes et louables soient-elles, contre la seule “pauvreté”.

Pierre Poggioli

A l’occasion de la Conférence sociale qui s’est déroulée ce lundi 14 janvier 2019 à Bastia, j’ai transmis aux organisateurs une contribution à verser aux travaux de cette conférence…

Ma contribution a été transmise à :
Mr Gilles Simeoni, Président de l’Exécutif de la Collectivité de Corse
Mr Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de la CDC
Mr Jean-Christophe Angelini, Président de l’ ADEC
Mr Paul Scaglia, Président du CESVC

Ajaccio le 11 janvier 2919

Madame, monsieur,

Veuillez trouver ci-joint une contribution personnelle aux travaux de la Conférence sociale du 18 janvier à Bastia

En vous remerciant

Sentiments cordiaux

Pierre Poggioli

accolta@aol.com

Pour une véritable justice sociale dans l’île

Introduction : le contexte actuel dans l’ensemble français

Le 17 Novembre, a débuté un mouvement de protestation contre les hausses des taxes prévues pour les carburant. Très vite, le mouvement allait devenir au fil des semaines et des mobilisations, une révolte populaire pour le pouvoir d’achat, une meilleure répartition des  impôts et pour de meilleures conditions de vie.

De fiscale, la colère devenait sociale.

Au fil des mobilisations, malgré les annonces du gouvernement, jugées  insuffisantes et tardives  au regard de la profondeur de la crise, le mouvement n’a pas faibli depuis, et, alors que les autorités gouvernementales et leurs soutiens se plaisaient à dire qu’il était en régression voire en fin de parcours,  le dernier Acte 8 a au contraire montré sa vitalité et da détermination.

Et aujourd’hui, la crise est devenue politique.

Désormais, la question qu’on peut se poser est de savoir si les derniers évènements après l’Acte 8 ne sont-ils pas le signe des soubresauts d’un Système/régime en fin de course ?

Continuer la lecture de « Ma contribution à la Conférence sociale de Bastia »