Contre-pouvoir et pouvoir

1er Septembre 2018                              @PoggioliPierre

Réflexion : Contre-pouvoir(s) et pouvoir

Dans une société où l’alternance politique se fait de façon démocratique, (urnes..) l’opposition fonctionne comme un contre-pouvoir avec critiques et propositions pour remplacer la politique de la majorité au pouvoir qu’elle combat.

Dans une société où existe un mouvement de contestation utilisant tous les moyens de luttes dont l’action armée ( Irlande, Pays basque, Corse) l’opposition armée fonctionne comme un contre-pouvoir visant à détruire l’ordre ancien et  la majorité ou les forces politiques au pouvoir qu’elle critique et combat, y compris par la violence, aspirant à prendre leur place et à changer le système avec de nouvelles règles et de nouveaux rapports de force.. Le but clairement édicté étant d’appliquer un programme-Projet, réellement ou se voulant « révolutionnaire », par la mise en place de nouvelles lois et de nouvelles forces politiques aux commandes, voire pour changer la société en profondeur, (Projet alternatif).

Dans toute société, existent des groupes, associations, syndicats,… qui agissent de facto comme des contre-pouvoirs.  Ceux-ci critiquent les décisions prises par les forces politiques au pouvoir, les contestent et font d’autres propositions alternatives dans tous les domaines où ces oppositions/contestations apparaissent et agissent …

Continuer la lecture de « Contre-pouvoir et pouvoir »

Discours du 1er ministre: Corse : Identité et politique

 Corse : Identité et politique

La Corse a disparu des radars des gouvernements français. Le 1er ministre l’a cependant évoquée par quelques mots lors de son discours de politique générale. Au vu de tant d’années de sacrifices et événements qui ont propulsé la Corse et sa lutte d’émancipation à la une des médias, et constitué depuis les années 70-80 un des sujets de préoccupation des divers gouvernants qui se sont succédé à la tête de “Etat français”,  ce “survol” de la “Question politique corse” semble hélas relever plus de la simple anecdote que de la prise en compte réelle de nos aspirations confortées électoralement depuis décembre 2015 par le peuple corse et confirmées par les élections législatives avec trois députés nationalistes corses sur quatre envoyés à l’Assemblée nationale française,

Pasquale Paoli

Pourtant pour la première fois le 1er ministre  a employé des termes qui nous interpellent  même si cela ne constitue guère une réponse réellement politique à la problématique nationale corse.

Il a dit ““Il y a eu un “vote identitaire” en Corse. On peut être intransigeant sur les principes en étant attentifs a la diversité et à la reconnaissance”…

Continuer la lecture de « Discours du 1er ministre: Corse : Identité et politique »