Mobilisations du 17 novembre et crise de régime/système

Mobilisations du 17 novembre et crise de régime/système

En ce début 2019, suite au dernier discours d’Emmanuel Macron (et aux péripéties surréalistes de l’Affaire Benalla…. soubresauts d’un Système/régime en fin de course ?) force est de reconnaître l’incapacité/l’entêtement au plus haut niveau des instances étatiques françaises à la non prise en compte, voire la volonté de l’occulter, du ras-le-bol de la majorité du peuple et de la réalité de la fracture territoriale, (zones péri-urbaines et rurales) fiscale et économique/sociale entre :

  • d’une part la majorité des classes dites moyennes (surtout basses et moyennes ), petits salaires, travailleurs pauvres, chômeurs longue durée, ouvriers, petits commerçants/ artisans/industriels/agriculteurs, fonctionnaires, travailleurs indépendants, travailleurs pauvres, professions libérales.. surtout, – et des « pauvres », (qui survivent de minimas sociaux)-,  celles et ceux, le plus grand nombre des citoyens  , dont le pouvoir d’achat diminue (alors que le coût de la vie augmente) sous l’effet des taxes et impôt divers, qui voient leur avenir s’assombrir, alors qu’ils travaillent, qui ont un emploi et veulent simplement vivre dignement de leur travail , mais qui ont un salaire  « de misère »,  la plèbe, ou le tiers-états s comme diraient certains…
  • et d’autre part les partis politiques français au pouvoir, les élites pseudo ou auto-proclamées, surtout parisiennes, les classes supérieures et les nantis, les hauts salaires des patrons et cadres de la hautes fonction publique, de certaines institutions ou des grandes entreprises du Cac 40, qui ne font que servir les grands groupes financiers et les trusts…

L’écart entre les salaires du bas et ceux du haut devient de plus en plus insupportable (un des plus importants de l’Union européennes) de même que la politique consistant toujours à ponctionner les petits salaires, les plus nombreux, pour compenser des dépenses publiques ou soi-disant publiques ( dans le sens de l’intérêt général !!) que l’Union Européenne et le standing de l’Etat imposent pour le grand bien des intérêts financiers internationaux et de celles et ceux qui les servent

Continuer la lecture de « Mobilisations du 17 novembre et crise de régime/système »

Contre-pouvoir et pouvoir

1er Septembre 2018                              @PoggioliPierre

Réflexion : Contre-pouvoir(s) et pouvoir

Dans une société où l’alternance politique se fait de façon démocratique, (urnes..) l’opposition fonctionne comme un contre-pouvoir avec critiques et propositions pour remplacer la politique de la majorité au pouvoir qu’elle combat.

Dans une société où existe un mouvement de contestation utilisant tous les moyens de luttes dont l’action armée ( Irlande, Pays basque, Corse) l’opposition armée fonctionne comme un contre-pouvoir visant à détruire l’ordre ancien et  la majorité ou les forces politiques au pouvoir qu’elle critique et combat, y compris par la violence, aspirant à prendre leur place et à changer le système avec de nouvelles règles et de nouveaux rapports de force.. Le but clairement édicté étant d’appliquer un programme-Projet, réellement ou se voulant « révolutionnaire », par la mise en place de nouvelles lois et de nouvelles forces politiques aux commandes, voire pour changer la société en profondeur, (Projet alternatif).

Dans toute société, existent des groupes, associations, syndicats,… qui agissent de facto comme des contre-pouvoirs.  Ceux-ci critiquent les décisions prises par les forces politiques au pouvoir, les contestent et font d’autres propositions alternatives dans tous les domaines où ces oppositions/contestations apparaissent et agissent …

Continuer la lecture de « Contre-pouvoir et pouvoir »